SuivantRetourPrécédent

Circuit 5

Chartreuse

Randonnée de la Dent de Crolles

Massif

Chartreuse.

Commune

St-Pierre-de-Chartreuse.

Lieu de départ

Parking de Perquelin.

Durée

7h.

Niveau de difficulté

Confirmé, avec un passage délicat sous le sommet (Pas de l’Oeille). Nécessite une bonne condition physique.

Altitude minimale

960 mètres.

Altitude maximale

2062 mètres.

Dénivelées positives et négatives

+ 1100 mètres et + 1100 mètres.

Équipement

Sac à dos avec pique-nique, chaussures de randonnée, jumelle.

Description de la randonnée

Une randonnée assez physique avec plus de 1000 mètres de dénivelées et une boucle de 12 km mais offrant une variété de paysages uniques avec la forêt de Chartreuse, les parois verticales de la Dent de Crolles (2062 mètres) et les hauts plateaux sauvages.

Sur la réserve naturelle des Hauts plateaux, la faune de montagne est de retour avec le chamois, les marmottes (réintroduites) et les aigles royaux. Le parcours nous permet de les observer facilement dans ces paysages typiquement calcaire et parsemés de pins à crochet faisant le bonheur du casse noix moucheté. La flore est tout aussi riche avec notamment l’aster et la parfumée orchis vanille.

On rejoint ensuite la cabane de Bellefont dominée par les mystérieuses Lances de Malissard (2045 mètres).

Enfin après le col de la Saulce le retour se fait dans la hêtraie sapinière bercée par le bruit des nombreux torrents.

Faune observée

Mammifères :

Chamois, marmottes.

Oiseaux :

Aigle royal, casse noix moucheté, chocard, mésange huppée.

Flore observée

Gentiane jaune, aster, orchis vanille.

Vestiges historiques

Cabanne de Bellefont.

Réserve Naturelle des Hauts de Chartreuse ?

Créée en 1997, la réserve de 4420 hectares a entraîné le retour d’espèces qui étaient devenues très rares comme le chamois de Chartreuse. Les opérations de réintroduction de la marmotte dans les années 80 ont fait revenir naturellement l’aigle royal. On compte 4 couples sur le massif.

En 2010, la réserve a accompagné le projet de réintroduction du bouquetin. Il est pour l’instant présent sur la partie nord avec une soixantaine d’individus (Granier et Pinet), mais il ne fait aucun doute qu’il colonisera rapidement la partie sud.

Les forêts subalpines des hauts plateaux sont constituées principalement d’épicéas et de pins à crochet. Ce milieu qui n’est plus exploité depuis les années 50 est en train de retrouver son caractère sauvage et naturel !