SuivantRetourPrécédent

Circuit 2.2

Raid de la Chartreuse - Jour 2

Randonnée du Charmant Som côté sauvage

Massif

Chartreuse.

Commune

St-Pierre-de-Chartreuse.

Lieu de départ

Parking des Chalets du Charmant Som.

Durée

4h.

Niveau de difficulté

Intermédiaire avec un passage délicat sous le sommet.

Altitude minimale

1450 mètres.

Altitude maximale

1867 mètres.

Dénivelées positives et négatives

+ 500 mètres.

Équipement

Sac à dos avec pique-nique, chaussures de randonnée, jumelle.

Description de la randonnée

Une randonnée pleine de surprises avec les paysages mythiques de Chartreuse et une faune abondante (mouflons, chamois et Marmottes facilement observables).

Ce circuit permet de découvrir l’étage subalpin de Chartreuse avec ses formations calcaires dénudées, pessières d’altitude et prairies alpine (flore de l’étage alpin). Au bout de vos efforts, le panorama du Charmant Som vous offrira une belle récompense !

Hébergement à St-Pierre-de-Chartreuse : hôtel Beau Site, hôtel Victoria, camping de la Martinière.

Faune observée

Chamois de Chartreuse, mouflons, marmottes, aigle royal, fientes de tétras-lyre.

Flore observée

Gentiane printanière, pensée des Alpes (Viola calcarata), jonquille.

Vestiges historiques

-

Charmant Som ?

Etymologie du Charmant Som : le sommet des prairies de chaume, d’herbes d’alpage. Il n’empêche qu’il est aussi charmant !

Pessière ?

Une pessière est une forêt d’épicéas.

Chamois de Chartreuse ?

Le chamois de Chartreuse (Rupicapra rupicapra cartusiana) est une sous-espèce du chamois des Alpes (Rupicapra rupicapra rupicapra). Cela peut paraître surprenant mais ce chamois est plus proche génétiquement du chamois des Abruzzes qu’un chamois des Bauges ou de Belledonne ! C’est un chamois plus trapu ayant un crâne et une mâchoire plus grandes que son cousin des Alpes. Les cornes du chamois de Chartreuse sont très souvent aplaties au niveau du crochet apical.
En 2008, Rodriguez a confirmé par des analyses génétiques que le chamois de Chartreuse est une espèce à part et que les introductions de chamois des Bauges dans les années 70 auraient été sans conséquences sur le plan génétique.
Pour en savoir plus : Le Chamois de JULLIEN Jean-Michel, Editions biotopes, 2012.