SuivantRetourPrécédent

Circuit 6

Randonnée de la grotte du cavalier

Massif

Trois Pignons, partie ouest.

Commune

Milly-la-Forêt.

Lieu de départ

Parking de la Vallée d'Arbonne.

Durée

5h.

Niveau de difficulté

Intermédiaire.

Altitude minimale

76 mètres.

Altitude maximale

126 mètres.

Dénivelées positives et négatives

+ 200 mètres, - 200 mètres.

Équipement

Chaussure adaptée pour la randonnée.

Description de la randonnée

Le thème central de cette randonnée se concentre sur la grotte du cavalier découverte en 1949 par M. Poignant et son fils, cavité la plus riche du Massif de Fontainebleau.

Les paysages environnants sont composés en grande partie de platières de grès avec des landes à bruyère, bouleau, et du pin sylvestre, l’essence dominante. Ce milieu abrite le mystérieux engoulevent.

Cette partie de la forêt, ancien terrain militaire, est l’une des plus sauvage du Massif de Fontainebleau. Cela est dû aux chemins forestiers qui sont rares, désordonnés et sans continuité géographique.

Faune observée

Reptiles :

Lézard vert (iguane de Fontainebleau).

Oiseaux :

Engoulevent, bécasse.

Flore observée

Bruyère commune et cendrée, épipactis helleborine (à larges feuilles).

Vestiges historiques

Grotte du cavalier :

On y trouve la gravure d’un chevalier portant une épée et un écu datant probablement du XIème ou XIIème siècle.

On y trouve également une triple enceinte datant du Moyen-Âge, de nombreux pétroglyphes (sillons, quadrillage) et un anthropomorphe datant du Néolithique.

Pétroglyphe ?

Un pétroglyphe est un dessin symbolique gravé sur de la pierre (surface rocheuse à l'état naturel) et fait donc partie de l'art rupestre. Le terme provient des mots grecs petros (ou petra) pour pierre et glyphein pour gravure. Les pétroglyphes sont généralement associés aux peuples préhistoriques néolithiques et furent la forme dominante des symboles de pré-écriture utilisés pour la communication de 10 000 av. J.-C. jusqu'à 5 000 av. J.-C. Les techniques de gravures sont principalement l'incision, le frottement ou la pulvérisation à l'aide de pierres.

Engoulevent ?

L'engoulevent d'europe rejoint le massif de Fontainebleau de juin à septembre depuis l'Afrique subsaharienne. Selon les derniers comptages de l'ANVL (Association des Naturaliste de la Vallée du Loing) en 2016, il y aurait plus d'une centaine de couples. C'est un oiseau crépusculaire et nocturne, qui affectionne les milieux de landes à bruyère. Cet oiseau ne construit pas de nid, mais pond ses deux oeufs directement sur le sol.